Semois, Meuse et Petit Try

Etape 4. Neufchâteau – Fleurus (23/07)

La quatrième étape du Tour de Wallonie prend son envol à Neufchâteau, en province de Luxembourg, en direction de Fleurus, en province de Hainaut, via les routes de la province de Namur. Le parcours exigeant de cette étape est souvent intimement lié à l’histoire du vélo wallon.

L’ÉTAPE EN CHIFFRES

  • Distance.  206 km.
  • Départ fictif. 12h00 (5,5 km).
  • Départ réel. 12h11.
  • Arrivée. 17h05.
  • Ravitaillement. km 109,1 Mesnil-Saint-Blaise.
  • GPM (6). km 20,1 Saut des Sorcières à Bertrix 2e cat.), km 25,4 Col du Sati à Bouillon (1re cat.), km 57,7 Côte d’Orchimont à Orchimont (2e cat.), km 110,6 Côte d’Agimont à Agimont (2e cat.), km 117,7 Côte de Soulme à Soulme (1re cat.), km 195,69 Côte du Petit Try à Farciennes (1re cat.).
  • Sprints (3). km 70,2 Gedinne, km 156,6 Lambusart, km 180,9 Heppignies.

Le début de la 4e étape du Tour de Wallonie à Neufchâteau, qui avait accueilli l’arrivée de la 3e étape en 2014, ne s’annonce pas facile. Le peloton emprunte d’abord des routes larges et peu vallonnées en direction de Bertrix, avant de plonger vers Bouillon pour attaquer les premiers GPM, le « Saut des Sorcières » avant le célèbre « Col du Sati », une difficulté assez raide. Cap, ensuite, sur la vallée de la Semois avec des passages à Rochehaut et à Vresse-sur-Semois, bien connue pour sa course de côtes. Le peloton se dirige ensuite vers l’ouest en direction de Fleurus. La côte d’Orchimont ponctue la sortie de la province de Luxembourg et la rentrée en province de Namur Les routes sont vallonnées et souvent en ligne droite. Le parcours passe par la vallée de la Meuse, via la côte d’Agimont et la côte de Soulme. Les 100 premiers kilomètres du jour n’auront pas été de tout repos! Le profil devient ensuite moins ardu en direction du Hainaut et de Fleurus, via, notamment, Biesme, Sart-Eustache et Aiseau-Presles pour un première ascension de la côte du Petit Try, difficulté finale du Circuit de Wallonie de jadis. Après un premier passage de la ligne d’arrivée à Fleurus, les coureurs attaquent un secteur pavé assez long, le Trou à la Vigne, en direction d’Heppignies. Le circuit local, pimenté par le Petit Try, à franchir une seconde fois, est sinueux avant l’arrivée en plein centre de Fleurus.

 

« La quatrième étape du Tour de Wallonie propose un parcours varié. Le début de la journée pourrait très vite susciter les envies d’échappée de coureurs costauds. La suite de l’étape devrait être plus contrôlée avant un final explosif avec la succession du Petit Try à Lambusart, des pavés du Trou à la Vigne et, à nouveau, du Petit Try. Un petit groupe pourrait se livrer bataille pour la victoire du jour. Le vent, s’il est au rendez-vous, pourrait ajouter du piment dans le circuit local. »

Christophe Brandt, TRW Organisation

 

 

Départ. Neufchâteau, cœur du Luxembourg

La ville-départ de la quatrième étape du Tour de Wallonie est Neufchâteau. Après l’arrivée, la veille, à Erezée, le peloton est resté en province du Luxembourg pour ce quatrième volet de la course. L’entité de Neufchâteau regroupe les communes de Grandvoir, Grapfontaine, Hamipré, Longlier, Tournay et Neufchâteau, ainsi que nombreux villages et pittoresques hameaux. Les gens d’ici portent le sympathique gentilé de Chestrolais. L’entité de Neufchâteau comprend quelque 7.700 habitants.
L’histoire de Neufchâteau a été marquée par de lourds combats au cours de la première guerre mondiale, en août 1914. En mai 1940, au début de deuxième conflit, l’armée allemande, en route vers la Meuse, est revenue menacer la région, notamment les villages de Longlier et d’Hamipré. L’histoire de Neufchâteau ne se limite toutefois pas aux conflits mondiaux: la tour Griffon rappelle ainsi un château médiéval. Neufchâteau dispose d’un lac très apprécié par les gens du cru et par les touristes, qui peuvent y profiter des activités de plein air et des plaisirs nautiques. Le lac est également le point de départ de nombreuses promenades en nature. Le tourisme en Luxembourg belge est riche de découvertes, de gastronomie du terroir dont les chocolats, charcuteries, salaisons, bières, produits de la ferme, de la terre et de la ruche séduisent les palais dans tous les rendez-vous gourmands. Et, dans la région de Neufchâteau, ils sont légion. (www.neufchateau.be)

 

Arrivée. Fleurus, terre de cyclisme

Fleurus… Nous sommes en Hainaut, au nord-est de Charleroi. L’entité de Fleurus se compose de sept villages, Brye, Heppignies, Lambusart, Saint-Amand, Wagnelée, Wanfercée-Baulet et Wangenies. Elle compte quelque 23.000 habitants. Fleurus a une longue histoire. Des traces d’agriculture datant de la période néolithique y ont été découvertes. Une chaussée romaine, la Chaussée Brunehaut, passe par Fleurus, en provenance de Bavay (Fra) et en direction de Cologne (All). Fleurus a été, au cours de son histoire, le théâtre de nombreux combats, dont la « Bataille de Fleurus » en 1622, pendant la guerre de trente ans, dont la bataille de Ligny en 1815, où Napoléon a vaincu pour la dernière fois, avant sa défaite à Waterloo. Fleurus comprend, aujourd’hui, l’Institut des RadioEléments (IRE) où sont produits des radio-isotopes à usages médicaux.
Fleurus est fière de son folklore, de sa Cavalcade pascale et de ses Gilles. Les gourmets apprécieront aussi les « bernardins », biscuit aux amandes typique de Fleurus. L’entité a aussi une longue tradition cycliste, notamment à Wanfercée-Baulet où se tient annuellement le GP Albert Fauville. Le club local, fondé en 1927, est fier de ses grandes gloires du cyclisme wallon, les Ferdinand Bracke, Carmine Preciozi, Willy Monty, Walter Dalgal… C’est là, aussi, que les fans de la petite reine ont vu naître l’Etoile du Sud, l’Etoile Hainuyère, le Tour du Hainaut, le Circuit du Hainaut… Frans De Mulder a conquis à Fleurus le titre national des élites le 31 juillet 1960 devant Willy Vannitsen et Arthur Decabooter. L’arrivée du Tour de Wallonie perpétue cette belle tradition. (www.fleurus.be)