L’histoire

42 ans d’histoire de cyclisme wallon… voire plus

L’Ethias Tour de Wallonie fête cet été ses 42 ans. L’édition 2020 de la course avait dû s’adapter au contexte sanitaire difficile causé par la crise du covid-19. Le Tour de Wallonie 2020 avait été organisé à huis clos en août, en 4 étapes et avait enregistré la victoire finale du Français Arnaud Démare. L’année 2021 est celle d’un retour à la normale, ou presque. Les règles sanitaires restent de mise, certes, mais le public pourra profiter du spectacle gratuit que lui offre l’Ethias Tour de Wallonie. La course, organisée du 20 au 24 juillet, retrouve ses 5 étapes et traverse, c’est sa tradition, toutes les provinces de Wallonie. En 2021, elle accueille avec fierté son nouveau partenaire titre, “Ethias”.

Depuis 1980 et la reprise par Yves Vanassche et le journaliste André Losfeld du “Tour du Hainaut Occidental”, la course, qui est devenue le “Tour de Wallonie”, n’a cessé de grimper dans la hiérarchie mondiale du cyclisme. On doit toutefois remonter en 1974 pour trouver ses racines profondes dans le “Tour du Hainaut Occidental” organisé par le club cycliste de Péruwelz. L’épreuve, modeste et ambitieuse à la fois, voit les victoires successives de Luc Demets qui bat, en 1974, son co-équipier du club de Deerlijk Patrick Lefevere, vainqueur de la 4e étape, de Jean-Luc Vandenbroucke en 1975, de Pierre Leurquin en 1976, de Fons Dewolf en 1977, Paulus Maas en 1978 et de Ronny Van Holen en 1979. Du très beau monde, déjà…

En 1980, sous l’impulsion du vice-président de la Ligue Vélocipédique Belge (LVB) de l’époque, le Hainuyer Hector Gallée, Yves Vanassche constitue son équipe d’organisation pour répondre à une demande vice-présidentielle. Les Quatre Jours étaient, à l’époque, en difficultés. Hector Gallée souhaitait par ailleurs que soit mise sur pied une épreuve qui servirait de dernière répétition pour l’équipe nationale belge amateur, “La garde bleue”, avant les championnats du monde qui se déroulaient à la fin août. La course a ainsi été organisée aux environs du 15 août. Elle allait voire s’illustrer les Stijn Devolder, Bjorn Leukemans, Jo Planckaert, Peter Van Petegem, Johan Musseuw, Eric Vanderaerden, Edwig Van Hooydonck, Tom Boonen, Maxime Monfort, Rik Verbrugghe, Philippe Gilbert, Jurgen Vandenbroeck, Greg Van Avermaet, Dylan Teuns, Tim Wellens, Loïc Vliegen…, Thomas Voeckler, Cédric Vasseur, Robert Millar, Russell Downing, Paolo Bettini, Michele Bartoli, Filippo Pozzato, Thor Hushovd, Alexandre Vinokourov, Fabian Cancellara, Julian Dean, Andy et Frank Schleck, Borut Bozic, Yaroslav Popovych, Paolo Bettini, Niki Tersptra, Giacomo Nizzolo, Arnaud Démare…

Le TRW Organisation a, au fil des années, atteint l’excellence, tant dans la mise sur pied du Tour de Wallonie que dans celle du Grand Prix de Wallonie à la mi-septembre. L’équipe, dirigée désormais par Christophe Brandt, vient également en soutien à de nombreuses épreuves cyclistes wallonnes. Elle est également partenaire de la société ASO pour ses courses organisées en Belgique. Le temps a passé vite, depuis les “Quatre Jours du Hainaut Occidental” des années 80. Chaque été , la course wallonne par étapes revisite la Wallonie en alternance d’Est en Ouest, d’Ouest en Est. En 2017, le Tour de Wallonie a reçu le soutien de la société VOO, qui est devenue partenaire-titre de la course. Elle a transmis le témoin à Ethias en 2021, pour trois ans. Bonne route à l’Ethias Tour de Wallonie!

Palmarès de la course

Les années 80

1980
Les “Quatre Jours du Hainaut Occidental” voient le jour sous l’impulsion d’Yves Vanassche et d’André Losfeld. Ils succèdent au “Tour du Hainaut Occidental”, né au club de Péruwelz en 1974 sdont la première édition est remportée par Luc Demets devant Patrick Lefevere et Martin Balcaen. Les “Trois Jours de Péruwelz” lui succèdent en 1975 et voient la victoire de Jean-Luc Vandenbroucke devant Pol Verschuere et Ferdi Van Den Haute. L’épreuve devient le “Tour du Hainaut” en 1976 et est remportée par Pierre Leurquin devant Dirk Heirweg et Bernard Lecocq. On passe au “Tour du Hainaut Occidental” en 1977: vainqueur Alfons De Wolf, devant Dirk Waeyenberg et Dirk Heirweg. Les lauriers de l’édition 1978 tombent dans l’escarcelle de Jo Maas, vainqueur devant Hughes Cosaert et Egbert Koersen. Ronny Van Holen s’impose quant à lui en 1979 devant Miezczyslaw Nowicki et Rudi Cottignies. 1980: Le “Tour du Hainaut Occidental” prend un nouveau virage et devient les “Quatre Jours du Hainaut Occidental”, fruit de la collaboration de nombreux clubs cyclistes de la région du Tournais, de Mouscron et du Pays Vert. Le vice-président national de l’époque, Hector Gallée, demande d’”organiser une course par étapes pour préparer les coureurs belges en vue des championnats du monde.” L’épreuve est accessible aux amateurs internationaux appartenant à des clubs belges. 81 coureurs représentants 15 équipes y participent: les Collijn, Debacker, Depoortere se succèdent aux commandes. Grand favori, Marc Sergeant doit pourtant laisser les lauriers finaux à Gerrit Van Gestel.

  • Vainqueur: Gerrit Van Gestel, de la sélection nationale belge.
    Parcours: l’édition 1980 compte 4 étapes pour 425 kilomètres.

1981
Les “Quatre Jours” sont accessibles aux amateurs internationaux, aux clubs et aux équipes nationales. 14 équipes et 76 coureurs s’engagent dans cette édition. L’épreuve vit à l’heure de l’Est avec des sélections nationales russe et bulgare. Mais les champions olympiques russes présents sur les “Quatre Jours” souffriront sur les pavés du Tournaisis. L’équipe belge, avec Emonds, Rogiers et Vanderaerden, s’adjugent les bouquets dont deux pour ce dernier et celui du grand final à Emonds.

  • Vainqueur: Nico Emonds, de l’équipe nationale belge.
    Parcours: l’édition 1982 est dessinée en 5 étapes pour 447,2 kilomètres.

1982
Eddy Merckx devient un des directeurs généraux des “Quatre Jours du Hainaut Occidental”. L’édition 1982 compte 77 partants pour 13 équipes. Elle confirme sa dimension internationale avec des équipes venues de Suisse, Italie, Pologne, Allemagne. Les Belges Rogiers, Dhaenens, Dewolf et Vanderaerden s’illustrent au plus haut niveau en empochant presque toutes les victoires. A 20 ans, Vanderaerden, déjà très en vue l’année précédente est un vainqueur logique et un grand talent naissant.

  • Vainqueur: Eric Vanderaerden.
    Parcours: 5 étapes pour 501,1 kilomètres.

1983
L’organisation atteint son rythme de croisière. 94 partants répartis en 16 équipes constituent le peloton. L’internationalisation de l’épreuve en ouvre les portes à l’équipe nationale de Colombie. L’Allemand Holget Muller, l’Espagnol Pello Cabestany, le Colombien Edgard Corredor sont donnés de favoris mais les lauriers de cette édition reviennent finalement au Polonais Tadeucsz Krawczyk qui triomphe à Frasnes au terme de l’étape-reine de Monts.

  • Vainqueur: Tadeucsz Krawczyk, de l’équipe nationale de Pologne.
    Parcours: 6 étapes pour 628,2 kilomètres.

1984
Pour la première fois depuis leur existence, les “Quatre Jours” font une incursion dans la région du Centre. Pour se rendre à La Louvière, les coureurs prendront le train. Inspiration du Tour de France… Cette édition compte 84 partants pour 14 équipes. Les équipes nationales d’Allemagne, de l’Est, de l’Ouest, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, de Belgique animent le peloton. Le “régional de l’épreuve”, Michel Vermote, rivalise avec les meilleurs amateurs du monde dont le vainqueur de 1986, le Polonais Tadeucsz Krawczyk venu, selon ses dires “pour gagner”, le champion du monde de 1982, l’Allemand Bernd Drogan, ses compatriotes Falk Boden, vainqueur de la Course de la Paix en 1984, et Uwe Ampler, futur vainqueur de l’épreuve en 1985 et qui deviendra champion du monde en 1986.

  • Vainqueur: Mario Kummer, de l’équipe nationale d’Allemagne de l’Est (RDA).
    Parcours: 8 étapes pour 775,5 kilomètres.

1985
La grande innovation de cette année 1985 est la retransmission sur les antennes de la RTBF et de la chaîne publique française FR3. Un résumé de la course est diffusé au quotidien. Le peloton est composé de 90 partants représentant 15 équipes dont les participants des pays de l’Est désignés comme grandissimes favoris. Parmi ceux-là, le Polonais Lech Piasecki, très à l’aise sur tous les profils de la course: une chute l’écarte cependant prématurément du peloton. Le 1er septembre de la même année, il deviendra champion du monde amateurs à Giavera del Montello (Ita) où Joop Zoetemelk conquiert la couronne chez les professionnels. L’organisation des “Quatre Jours” est très bien huilée: déjà sollicité par la LVB pour apporter une aide technique à l’organisation du Championnat de Belgique de 1982 à Tertre (victoire de Frank Hoste), l’équipe conduite par Yves Vanassche se voit confier en 1986 la mise en oeuvre des championnats du monde de cyclocross à Lembeek où on assistera à la victoire du Suisse Albert Zweifel.

  • Vainqueur: Uwe Ampler, de l’équipe nationale d’Allemagne de l’Est (RDA).
    Parcours: 8 étapes pour 958 kilomètres.

1986
Neuf sélections nationales et 5 équipes de clubs honorent cette édition des “Quatre Jours du Hainaut Occidental”. Le peloton est fort de 83 coureurs répartis en 14 équipes. On y retrouve entre autres, côté belge, les Dirk Baert, très en vue à Tournai, Benjamin Van Itterbeek, Edwig Van Hooydonck, Koen Vekemans, Frank Van Den Abbeele. A chaque étape, un nouveau leader. Mais le maillot jaune final revient à la révélation de la Squadra Azura, Maurizio Fondriest, dominateur dans tous les exercices.

  • Vainqueur: Maurizio Fondriest, de l’équipe nationale d’Italie.
    Parcours: 11 étapes pour 1.091,9 kilomètres.

1987

Le vainqueur final de cette édition est l’Allemand Mario Kummer devant son compatriote Olaf Ludwig et le Britannique Paul Carran.

Vainqueur. Mario Kummer (All)

 

1988
Pour la première fois depuis 1980, la course est supervisée par un commissaire international de l’UCI. Le Ministère des Sports de la Communauté Française apporte son soutien au “Tour International du Hainaut”, nouveau nom de la course qui se hisse dans les rangs des rendez-vous les plus huppés du calendrier international. Le peloton de cette édition 1988 du “TIH” compte 82 participants répartis en 14 équipes. Les débats sont activés par les Belges Johnny Dauwe et Jan Matheus, les Néerlandais Hary Rozendal et Arno Ottenvanger, le Britannique Paul Curran. Le vainqueur final, Jost Vanadrichem, a tout misé et tout gagné dans une échappée-fleuve. Un Hainuyer, le Boussutois Guy Dufrasnes, montrera le maillot entre Chapelle et Warcoing et deviendra leader virtuel du TIH.

  • Vainqueur: Jost Vanadrichem (P-B).
    Parcours: 11 étapes pour 1.190,1 kilomètres.

1989
Le TIH 1989 concerne les amateurs internationaux, les sélections nationales et provinciales. 100 partants, 17 équipes, composent le peloton. Un vent international très nourri souffle sur cette édition qui accueillent des délégations scandinaves, néo-zélandaises, estoniennes, allemandes, français et britanniques. les coureurs en vue cette année sont le Français Jacky Durand, le Belge Johan Verstreppen, le Danois Bo Hamburger, l’Estonien Jan Kirsipuu. Verstreppen succède à Eric Vanderaerden , sept ans plus tard, au palmarès des “Belges” du TIH. La course bénéficie de ses premières retransmissions télévisées en direct par la RTBF, à partir de chaque ville-étape. La RTBF Radio assure elle aussi un direct quotidien.

  • Vainqueur: Johan Verstrepen (Bel).
    Parcours: 10 étapes pour 1.058,6 kilomètres.

 

Les années 90

1990
Deux étapes du TIH se déroulent dans les Ardennes belges. C’est a grande innovation de cette édition. Il est devenu indispensable de sortir des sentiers battus en Hainaut et de rehausser le niveau de course. L’image de l’année est le départ du prologue dans la halle couverte du marché matinal de Mouscron. Le Néerlandais Gerard Kemper, le militaire belge Claude Rudelopt, Peter Van Petegem et les Français François Simon et Pascal Chanteur sont parmi les coureurs qui donnent le ton à la course.

  • Vainqueur: Pascal Chanteur (Fra).
    Parcours: 11 étapes pour 1.125 kilomètres.

1991
101 partants pour 17 équipes composent le peloton, pour la 12e édition du “Tour International du Hainaut”. Le maillot jaune est pris d’entrée de jeu par l’Espagnol Abraham Olano qui triomphe au prologue. L’étape entre Bastogne et Houffalize emprunte les bosses emblématiques de Liège-Bastogne-Liège: Wanne, Stockeu, Haute-Levée, Rosier: les Italiens y signe un score en plaçant 7 coureurs dans les 10 premiers, dont Wladimir Belli et Francesco Casagrande et Mirko Gualdi, champion du monde en titre.

  • Vainqueur: Abraham Olano (Esp).
    Parcours: 10 étapes pour 1.051 kilomètres.

1992
Les conditions météo ne sont pas bonnes pour cette édition du “Tour International du Hainaut” mais elles n’empêchent pas l’Allemand Lars Teutenberg de sortir le grand jeu. Le peloton est composé de 101 coureurs représentant 17 équipes. Danny Daelman, Jean-Pierre Dubois, Patrick Fontaine limitent la casse côté belge avec des victoires d’étapes.

  • Vainqueur: Lars Teutenberg (All).
    Parcours: 8 étapes pour 875 kilomètres.

1993
La grande innovation de cette année est un nouveau changement de nom: le “TIH” devient “TRW”, pour “Tours des Régions wallonnes”. Des épreuves “TRW Débutants” et “TRW Juniors” voient le jour, fait unique dans ce genre de contexte. Les Belges Axel Merckx et Frank Vandenbroucke animent avec panache les deux premières journées de cette édition 1993. Patrick Fontaine gagne chez lui à Leuze. Mais Mauro Bettin est le plus fort de la course et succède à Maurizio Fondriest dans les rangs italiens au palmarès. L’année 1993 est par ailleurs marquée par le décès du Roi Baudouin; les organisateurs du TRW annulent en signe de deuil le prologue programmé à Saint-Ghislain.

  • Vainqueur: Mauro Bettin (Ita).
    Parcours: 7 étapes pour 930 kilomètres.

1994
La course fonce vers le pays de Liège et est accueilli dans une ville-étape inédite: Fouron. Le peloton est composé de 96 partants et pour 16 équipes qui s’élance dans un prologue contre-la-montre au départ du carreau de la mine de Malplaquet à Frameries. Sébastien Demarbaix remporte l’étape de Han-sur-Lesse, Mario Aerts s’impose à Leuze.

  • Vainqueur: Jauna Laukka (Fin).
    Parcours: 10 étapes pour 1.150 kilomètres.

1995
Le Tour des Régions Wallonnes est ouvert aux amateurs internationaux, aux équipes nationales, régionaux et aux clubs de première catégories (semi-professionnels). Thierry Marichal, premier maillot jaune, Tony Bracke, Dany Nelissen, Glenn d’Hollander, Mario Aerts sont les principaux animateurs belges de cette édition. Paolo Valoti devient le 3e vainqueur final transalpin après Maurizio Fondriest en 1986 et Mauro Bettin en 1993.

  • Vainqueur: Paolo Valoti (Ita).
    Parcours: 8 étapes pour 918 kilomètres.

1996
Le peloton du “Tour des Régions Wallonnes” est composé de 96 coureurs pour 16 équipes. Le Néerlandais Mathe Pronk prend le premier maillot jaune mais les coureurs de l’équipe de Jean-Luc Vandenbroucke (Lotto), dont le chef de file Rik Verbrugghe, reprennent les choses en mains. Le jeune coureur hainuyer de l’équipe Cedico-Ville de Charleroi, Thierry Marichal, va toutefois tirer les marrons du feu dans l’étape du Mur de Huy, signant ainsi son premier succès professionnel.

  • Vainqueur: Thierry Marichal (Bel).
    Parcours: 7 étapes pour 953,8 kilomètres.

 

1997
Nouveau changement de nom pour la course wallonne qui devient le “Tour de la Région Wallonne” et bénéficie du soutien régional. Le TRW prend du galon et passe dans la catégorie UCI 2.4 Cette 19e édition prend son départ du nouveau complexe cinématographique “Kinépolis” à Liège. 107 coureurs répartis en 16 équipes composent le peloton. Marc Streel, Thierry Marichal, Christophe Detilloux, Ludovic Capelle, Sébastien Demarbaix et Frank Vandenbroucke, tous Wallons, activent le peloton pendant les 6 étapes. “VDB” assure le spectacle presque de bout en bout sans jamais être vraiment menacé.

  • Vainqueur: Frank Vandenbroucke (Bel).
    Parcours: 6 étapes pour 854 kilomètres.

1998
Le “Tour de la Région Wallonne” prend encore du galon en 1996 et se hisse en catégorie UCI 2.5 et s’ouvrent aux groupes sportifs (élites avec contrat). Le journaliste André Losfeld devient président d’honneur et cède la présidence à François Sénéchal, PDG de La Redoute Benelux. Yves Vanassche est directeur général et des compétitions. 96 coureurs et 16 équipes (dont 8 groupes sportifs) composent le peloton. Le prologue revient à Frank Vandenbroucke, vainqueur de l’épreuve en 1997 et qui vient tout juste de rentrer en Belgique des Jeux Olympiques d’Atlanta avec Tom Steels. Glen d’Hollander lui succède pour le maillot jaune dans l’étape d’Amay. Scott Sunderland fait parler la poudre dans le sprint de la 3e étape à Herve. Frank Vandenbroucke, encore lui, signe l’exploit dans l’étape suivante avec 11:30 d’avance sur ses adversaires. Il doit toutefois quitter la course pour privilégier la Coupe du Monde de San Sebastian. L’Allemand Thomas Fleischer finit par s’imposer à cette édition du TRW au terme de la 7e étape à Bouillon.

  • Vainqueur: Thomas Fleischer (All).
    Parcours: 7 étapes pour 805 kilomètres.

1999
Le peloton de cette 20e édition du TRW se compose de 101 partants pour 16 équipes. Il est ouvert aux groupes sportifs de division 1 et de division 2, aux équipes nationales et aux clubs d’élites sans contrat. Marc Streel vole la vedette à Frank Vandenbroucke en remportant le prologue chronométré à Ploegsteert, sur les terres natales de VDB. Mais la route va tourner en faveur du Danois Mikael Kineb qui porte le maillot jaune presque d’un bout à l’autre de l’épreuve. L’enchaînement des étapes dures et vallonnées tourne à un sérieux mano à mano entre l’équipe Lotto dirigée par Jean-Luc Vandenbroucke et celle du Danois Alex Pedersen, Home-Jack&Jones. L’Italien Giuliano Figueras s’impose à Dinant au terme de la première étape, Ludovic Capelle luis succède le lendemain à Arlon, au nez et à la barbe d’Andreï Tchmil qui gagne le lendemain à Blégny. Figueras double la mise dans la dernière étape à Amay.

  • Vainqueur: Mikael Kyneb (Dan).
    Parcours: 6 étapes pour 835,9 kilomètres.

 

Les années 2000

2000
16 équipes de 7 coureurs participent à cette édition du millénaire du TRW. La météo est capricieuse. Jo Planckaert s’empare des fleurs de la première étape à Seraing. Tom Steels s’impose au sprint le lendemain à Amay. Leif Hoste triomphe à Houffalize. Axel Merckx prend le maillot au terme de l’étape d’Arlon après avoir bondi dans le sillage de Marc Streel, vainqueur du jour. Frédéric Pinot et Tom Steels s’imposent dans les deux dernières étapes, au sprint, alors qu’Axel Merckx revêt le dernier maillot jaune au Boulevard Tirou à Charleroi. Le Bruxellois signe ainsi son premier succès professionnel dans une course par étapes.

  • Vainqueur: Axel Merckx (Bel).
    Parcours: 6 étapes pour 1.104 kilomètres, du 29 juillet au 3 août.

2001
111 coureurs représentant 16 équipes quittent le Stade du Canonnier à Mouscron. Le premier bouquet revient au sprint à l’Italien Fabrizio Guidi. L’Allemand Bert Grabsch s’impose le lendemain à Clabecq. Glenn d’Hollander s’empare du maillot de leader le lendemain. C’est définitif. Robbie McEwen remporte le sprint à Marche, Bert Roesems bat l’Ecossais David Millar dans le contre-la-montre d’Amay, le Suédois Niklas Axelsson remporte la dernière étape devant Jo Planckaert, signant du même coup la deuxième victoire de cette édition pour l’équipe Mercury-Viatel. Jo Planckaert termine, quant à lui, ce TRW avec un goût de trop peu: c’est en effet la 3e fois qu’il se classe 2e du classement général final.

  • Vainqueur: Glenn d’Hollander (Bel).
    Parcours: 5 étapes et un prologue CLM pour 935,2 kilomètres, du 3 au 8 août.

2002
Le Tour de la Région Wallonne adopte cette année le programme d’étapes qui est toujours en vigueur aujourd’hui: 5 étapes pour quelque 800 kilomètres. Le grand départ est programmé sur l’Esplanade du Casino de Chaudfontaine. 15 équipes de 7 coureurs composent un peloton fort de 104 coureurs. Parmi ceux-là, des ténors du circuit mondial: l’Italien Paolo Bettini, les Belges Johan Musseuw, Peter Van Petegem, Frank Vandenbroucke… Bettini s’impose d’entrée de jeu et prend le maillot jaune. Le Hainuyer Frédéric Amorison signe un joli coup dans le 2e volet où il s’impose à l’audace. Bettini limite la casse et conserve sa tunique. Malgré un beau baroud de Kurt Van De Wouwer et de Stijn Devolder, les lauriers de la 3e étape reviennent à Johan Musseuw. Erwin Thijs lui succède dans la 4e. Peter Van Petegem s’impose à Flobecq et Paolo Bettini triomphe au classement final.

  • Vainqueur: Paolo Bettini (Ita).
    Parcours: 5 étapes soit 830 kilomètres, du 29 juillet au 2 août.

2003
Parmi les “stars” engagées dans cette édition 2003 du TRW, on note entre autres, l’Italien Michele Bartoli, les Belges Tom Boonen, Peter Van Petegem, Johan Musseuw et le jeune Philippe Gilbert qui évolue dans l’ombre du Français Jacquy Durand au sein de l’équipe de la Française des Jeux…. Frank Vandenbroucke, quant à lui, déclare forfait en dernière minute. Ni l’un ni l’autre n’empêche le Belge Nico Eeckhout de lever les bras au terme de la première étape à Charleroi. Le Français Stéphane Berges s’impose à Nivelles dans la 2e étape et après un baroud solitaire de 145 kilomètres. Il endosse le maillot jaune de leader. L’Italien Michele Bartoli s’impose dans l’étape mosane, la troisième, et devient le nouveau leader. L’action sera rude dans le volet suivant sous l’impulsion, entre autres, des Boonen, Bruylandts, Berges, Joachim. C’est finalement au Néo-Zélandais Julian Dean que reviendront les honneurs des bras levés et d’un rapprochement significatif (4 secondes) sur Bartoli au classement général. Et malgré toutes les tentatives de ce dernier pour succéder à Paolo Bettini au palmarès du TRW, le Néo-Zélandais Julian Dean s’impose au classement final en raflant au passage le bouquet de la 5e étape à Beaufays.

  • Vainqueur: Julien Dean (N-Z).
    Parcours: 5 étapes pour un total de 872 kilomètres, du 28 juillet au 1er août.

2004
La première étape de cette édition du TRW prend son départ à Aubel et propose quelques bosses emblématiques de “Liège-Bastogne-Liège” (Rosier, Vecquée). Les “Ardennaises” ne jouent toutefois pas de rôle déterminant pour le classement général: l’Océanien Hayden Roulston s’impose devant Leif Hoste. L’Italien Fabrizio Guidi, double vainqueur d’étape en 2001, gagne le lendemain à Arlon. Un jeune Belge, Maxime Monfort, s’est illustré dans ce second volet. Nicolas Reynaud remporte la 3e étape à Nivelles alors que le Français Frédéric Gabriel endosse la maillot jaune. L’Estonien Ian Kirsipuu s’impose en solitaire dans l’étape du Heysel. Le lendemain, pour la première fois de son histoire, le Tour de la Région Wallonne s’envole du Plateau du Heysel à Bruxelles. L’arrivée de cette cinquième et dernière étape est jugée à Charleroi et coûte le maillot jaune à Frédéric Gabriel qui abandonne en cours d’étape. Le Néerlandais Gerben Lowik met à profit les secondes des sprints intermédiaires pour endosser la tunique jaune. Le Français Sébastien Chavanel s’impose au sprint.

  • Vainqueur: Gerben Lowik (P-B).
    Parcours: 5 étapes pour 868,2 kilomètres, du 26 au 30 juillet.

2005
Les frères Schleck, Frank Vandenbroucke, Nick Nuyens, Rik Verbrugghe sont au départ de cette édition 2005 du TRW dessinée entre Bruxelles et Namur. Le peloton retrouve le plateau du Heysel pour son grand départ. L’Italien Luca Celli s’adjuge la première victoire de sa jeune carrière au terme de la première étape à Soignies. Le britannique Jeremy Hunt s’impose le lendemain à Nivelles. Celli conserve sa tunique jaune. Luca Paolini triomphe le lendemain dans l’étape du Mur d’Amay, Guido Trenti en fait autant dans l’étape suivante au sommet du Mur Saint-Roch à Houffalize. Celli, qui est en train de terminer ses études universitaires à Bologne, tiendra bon jusqu’au bout à Namur. La révélation belge de cette édition 2005 du TRW est Olivier Kaisen qui commence sa carrière professionnelle sous le maillot de RAGT Semences. Malgré la mainmise italienne sur cette édition, le Namurois se classe 2e du Tour de la Région Wallonne.

  • Vainqueur: Luca Celli (Ita).
    Parcours: 5 étapes pour 866,4 kilomètres, du 25 au 29 juillet.

2006
13 équipes et 89 coureurs composent le peloton de cette 27e édition du TRW qui prend son envol à Flobecq. L’Espagnol Aitor Galdos remporte le premier sprint au Bois-du-Cazier et endosse le premier maillot jaune. L’Italien Fabrizio Guidi s’impose le lendemain à Perwez et s’empare du maillot jaune. Nico Sijmens triomphe quant à lui dans l’étape du Fourneau Saint-Michel et redonne des couleurs aux coureurs belges en manque de bouquets sur le TRW. Fabrizio Guidi arrache son deuxième succès dans la quatrième étape à Beaufays. L’Australien Baden Cooke conclut en beauté à Wanze, au terme de la 5e étape.

  • Vainqueur: Fabrizio Guidi (Ita).
    Parcours: 5 étapes pour 900,2 kilomètres, du 24 au 28 juillet.

 

2007
Le “Tour de la Région Wallonne” change de nom et devient le “Tour de Wallonie”. La course est lancée par le vainqueur de l’édition 2005 en personne, l’Italien Luca Celli, qui place une attaque après à peine 10 kilomètres de course dans la première étape. L’Espagnol Luis Pasamontes s’approprie le premier bouquet et le premier maillot jaune. Le 2e volet voit, à Perwez, la victoire de Greg Van Avermaet au terme d’un sprint tumultueux qui laisse le Liégeois Christophe Detilloux au sol à 600 mètres de la ligne. L’Italien Giuseppe Palumbo s’empare des lauriers au sommet du Mur de Thuin au terme de la 3e étape malgré un final où Bozic, pourtant bien lancé par le Liégeois Christophe Brandt, coince dans la difficulté thudinienne. Le même Bozic profite de la 4e étape-reine et de ses 9 côtes répertoriées entre Sambreville et Jemelle pour endosser le maillot jaune de leader, mettant ainsi à profit sa 3e place derrière le vainqueur français Rémy Pauriol devant l’Italien Marco Facci. Le dernier bouquet reviendra au Danois Lars Back, vainqueur à Barvaux. La révélation belge de ce Tour de Wallonie est Greg Van Avermaet, omniprésent.

  • Vainqueur: Borut Bozic (Slo).
    Parcours: 5 étapes pour 876 kilomètres.

Photos de la course

2008
105 coureurs répartis en 15 équipes prennent le départ de cette édition 2008 du Tour de Wallonie à Tubize. L’arrivée à Soignies ne laisse planer aucun doute sur un sprint massif. Premier vainqueur et premier maillot jaune: Tom Boonen. Le champion du monde italien Paolo Bettini lui succède le lendemain à Namur en s’imposant devant Greg Van Avermaet, qui endosse le maillot jaune. Van Avermaet renverse la vapeur le lendemain entre Beauraing et Neufchâteau où il s’impose enfin. Gianni Meersman triomphe ensuite entre Gouvy et Seraing, au sommet du Thier Laly, sur les hauteurs d’Ougrée. Van Avermaet, marqué au cuissard par Paolo Bettini, conserve néanmoins la tunique jaune qu’il va abandonner le lendemain, contre toute attente, à Sergei Ivanov. Le champion de Russie a flairé le bon coup à 130 kilomètres de l’arrivée et règle un sprint à trois à Aubel devant Rik Verbrugghe qui se luxe l’épaule à quelques mètres de la ligne d’arrivée, alors qu’il avait certainement course gagnée.

  • Vainqueur: Serguei Ivanov (Rus).
    Parcours: 5 étapes pour 907 kilomètres, du 26 au 30 juillet.

Photos de la course

2009
Le peloton de cette 30e édition du Tour de Wallonie compte 98 coureurs répartis en 14 formations. Le grand départ s’opère à Waremme avec Philippe Gilbert en reprise de compétition. Le Français Freddy Bichot s’impose au sprint à Beaufays au terme d’un étape où s’est illustré le jeune Wallon Benjamin Gourgue. L’Argentin Juan José Haedo règle le sprint le lendemain à l’avenue de Longwy à Arlon. Le jeu des bonifications profite au Néerlandais de l’équipe Verandas Willems Stephan Van Dijck, qui enfile la tunique jaune. Le lendemain, entre Ciney et Thuin, l’Australien Matthew Goss succède à l’Argentin Haedo. Le Tour de Wallonie est dans la spirale de la mondialisation du cyclisme. Le néo-pro waaslandien Thomas De Gendt s’impose le lendemain à Perwez où le Français Julien El Farès s’empare du maillot jaune à une journée de la finale entre Ottignies-Louvain-La-Neuve et Tournai. Les attaques incessantes de l’équipe Saxo Bank pour Alexander Kolobnev, 3e du classement général à 49 secondes, ne font pas trembler El Farès qui remporte l’édition du 30e anniversaire dans la cité des “5 Clochers”.

  • Vainqueur: Julien El Farès (Fra).
    Parcours: 5 étapes pour 961,7 kilomètres, du 25 au 29 juillet.

Photos de la course

 

Les années 2010

2010
117 coureurs pour 17 équipes s’élancent de Mouscron vers Lessines, terme de la 1re étape de ce Tour de Wallonie 2010. L’Italien Danilo Napolitano impose son sprint chez les Carriers. Il cède son maillot jaune le lendemain à Saintes au Néerlandais Stefan Van Dijck, vainqueur du jour. La 3e étape, disputée entre Andenne et Hotton permet au jeune sprinter Kristof Goddart, récent 3e du championnat de Belgique à Aywaille, de signer son premier succès chez les professionnels. Les baroudeurs peuvent enfin s’exprimer dans la 4e étape dont le parcours, entre Vielsalm et Villers-le-Bouillet s’assimile longtemps à celui de la Flèche Wallonne. Le jeune Belge Jan Bakelants est un des plus combattifs du jour mais les lauriers finissent par tomber dans l’escarcelle du Français Laurent Mangel, vainqueur explosif d’un petit groupe d’échappés dans lequel s’est glissé le Britannique Russel Downing. C’est à ce dernier que sourira le Tour de Wallonie 2010: le coureur de l’émergente équipe Sky s’impose pour deux secondes au classement général devant l’Italien Marco Marcato.

  • Vainqueur: Russel Downing (GB).
    Parcours: 5 étapes pour 898 kilomètres, du 25 au 29 juillet.

Photos de la course

2011
18 équipes et 123 coureurs constituent le peloton de cette édition qui s’élance d’Amay. La première étape vers Banneux sourit au Français Mathieu Ladagnous qui remporte le sprint massif dans la cité mariale. L’échappée matinale du lendemain, entre Wanze et Houffalize, fait long feu sous l’impulsion de l’équipe BMC de Greg Van Avermaet. Les lauriers du jour, au sommet du Mur Saint Roch, reviennent au Néerlandais Joost Vanleijen (Vacansoleil), Greg Van Avermaet retrouve, quant à lui, le maillot jaune qu’il avait déjà porté en 2008. L’Italien Daniele Bennati (Leopard Trek) s’impose le lendemain à Perwez. L’Australien Robbie McEwen (Radioshack) surclasse tout le peloton dans la 4e étape dont l’arrivée est jugée à Mouscron. Van Avermaet s’impose en costaud et en jaune le lendemain au sommet du Mur de Thuin où il signe son premier succès au Tour de Wallonie.

  • Vainqueur: Greg Van Avermaet (Bel).
    Parcours: 5 étapes pour 876,9 kilomètres du 23 au 27 juillet.

Photos de la course

2012
Le Tour de Wallonie 2012 s’élance de Tournai, véritable capitale du cyclisme qui a connu l’arrivée final du Triptyque des Monts et Châteaux en avril, celle de la 2e étape du Tour de France au début juillet et qui connaîtra, en octobre, l’arrivée finale de l’Eurométropole Tour. Pour certains coureurs, comme Tom Boonen entre autres, cette édition du Tour de Wallonie est placée sous le signe des Jeux Olympiques de Londres. Le sprinter français Nacer Bouhanni s’impose au terme de la première étape à Lessines, cité de l’ancien champion du monde de Barcelone en 1984, Claudy Criquielion. La course part le lendemain de la Cité du Gille, Binche, qui va accueillir le départ de la Flèche Wallonne l’année suivante et également connue pour l’épreuve professionnelle de clôture en Wallonie “Binche-Tournai-Binche”. L’Italien de l’équipe Acqua & Sapone Danilo Napolitano s’impose au sprint au Circuit de Mettet. Son compatriote Giacomo Nizzolo lui succède le lendemain dans le même exercice à Beaufays et endosse le maillot jaune. Napolitano remet le couvert le lendemain à Oreye. Les écarts sont minimes avant la dernière étape entre Welkenraedt et Perwez. Gianni Meersman peut encore jouer la victoire finale mais il commet l’erreur de lever les bras un mètre avant la ligne d’arrivée dans le Brabant wallon: Napolitano, encore lui, surgit sur le fil. Nizzolo peut conserver son maillot jaune, d’un souffle.

  • Vainqueur: Giacomo Nizzolo (Ita).
    Parcours: 5 étapes pour 937,3 kilomètres, du 21 au 25 juillet.

Photos de la course

 

2013
Le grand départ de cette édition 2013 du Tour de Wallonie est donné, pour la première fois, à Ans. Ce premier volet, dessiné en direction d’Eupen, propose d’emblée un parcours digne de Liège-Bastogne-Liège avec les côtes de Trasenster, de La Redoute, du Maquisard, de Stockeu et de la Haute Levée. Déjà l’étape-reine! Le champion de Belgique Stijn Devolder fait mine de s’imposer sur les hauteurs du Kehrweg à Eupen mais il se fait remonter in extremis par le Russe Alexander Kolobnev, premier maillot jaune. Tom Boonen s’impose le lendemain, jour de la fête nationale, à Engis au terme d’un sprint royal. Greg Van Avermaet remporte la bataille des Ardennes le lendemain, entre Beaufays et Bastogne, jalonnant du même coup son terrain vers la victoire finale. Kenny De Haes s’impose à Clabecq à une journée de la fin au sommet du Mur de Thuin qui prend les allures très populaires de l’Alpe d’Huez au Tour de France. Kolobnev est victime d’ennuis mécaniques dans le dernier circuit local et doit laisser la victoire finale à Van Avermaet qui s’impose pour la 2e fois au Tour de Wallonie au prix d’une cinglante attaque au pied de la dernière ascension du Mur. Cette édition du Tour de Wallonie est par ailleurs marquée par l’omniprésence des jeunes coureurs wallons aux avant-postes. Deux coureurs de l’équipe Wallonie-Bruxelles se hissent dans le top-10 final: Olivier Chevalier, 7e et meilleur jeune de l’épreuve, et Laurent Evrard 10e.

  • Vainqueur: Greg Van Avermaet (Bel).
    Parcours: 5 étapes pour 874,4 kilomètres du 20 au 24 juillet.

Photos de la course  – Etape 1 / Etape 1(2) – Etape 2 / Etape 2(2) – Etape 3 / Etape 3(2) – Etape 4 / Etape 4(2) – Etape 5

 

2014

Le Tour de Wallonie 2014 s’élance à Frasnes-Lez-Anvaing, dans le Hainaut occidental. Les premiers lauriers tombent dans l’escarcelle du Belge Jean De Busschere qui endosse le maillot jaune à Rumillies, près de Tournai. Giacomo Nizzolo s’impose le lendemain à Perwez, dans le Brabant wallon alors que le Belge Gianni Meersman, 2e comme la veille, endosse le maillot jaune qu’il ne lâchera plus. L’Espagnol Juan José Lobato et le Belge Tom van Asbroeck s’attribuent les bouquets de la 3e étape, à Neuchâteau, et de la 4e à Waremme. L’indomptable Meersman, encore 2e dans les deux étapes précédentes, s’impose dans la dernière étape à Alleur.

  • Vainqueur: Gianni Meerman (Bel).
    Parcours: 5 étapes pour 888 kilomètres, du 26 au 30 juillet.

 

2015

Cette édition du Tour de Wallonie, qui s’élance à Wanze, est un véritable festival Niki Terpstra. Le Néerlandais s’empare, dès la première étape qu’il remporte, du maillot jaune de leader qu’il ne cèdera plus. Son compatriote Danny Van Poppel s’impose à Bassenge, au terme de la 2e étape, Philippe Gilbert remporte la 3e étape à Namur, Jonas Van Genechten domine le sprint massif à Quaregnon où se termine la 4e étape, et Danny Van Poppel remet le couvert à Thuin dans le dernier volet pour confirmer la domination néerlandaise dans cette édition.

  • Vainqueur: Niki Terpstra (P-B).
    Parcours: 5 étapes pour 909,59 kilomètres, du 25 au 29 juillet.

 

2016

La première étape de cette édition du Tour de Wallonie prend son départ à Charleroi. Le Belge Tom Boonen en est le roi et fait coup double à Mettet en s’imposant au sprint et en endossant le maillot jaune. La 2e étape se termine également par un sprint massif: l’emballage final est toutefois marqué par une grosse chute dans le peloton. Le jeune Wallonne Boris Vallée prend le meilleur sur Boonen, qui conserve néanmoins son maillot jaune. Le Tour de Wallonie prend de la hauteur le lendemain entre Braine-L’Alleud et Vielsam oµ on enregistre la victoire du Belge Dimitri Claeys et où Gianni Meersman dépossède Boonen du maillot jaune. La 4e étape voit l’Italien Matteo Trentin s’imposer à Herstal et Meersman confirmer un leadership qu’il va perdre in extremis le lendemain dans le sprint en côté à Dison remporté par le Belge Dries Devenyns, vainqueur final de cette édition du Tour de Wallonie.

  • Vainqueur: Dries Devenyns (Bel).
    Parcours: 5 étapes pour 931,9 kilomètres, du 23 au 27 juillet.

 

2017

Stavelot lance les opérations de cette édition du Tour de Wallonie. Les premiers lauriers reviennent au pistard français Benjamin Thomas, vainqueur et maillot jaune à Marchin. La 2e étape, entre Chaudfontaine et Seraing sacre le Belge Jasper De Buyst alors qu’un autre Belge, Dylan Teuns, endosse le maillot jaune. Déjà pour de bon! Il s’impose le 3e jour à Houffalize, le Luxembourgeois Jean-Pierre Drucker domine le sprint massif de la 4e étape à Profondeville, en bord de Meuse. Teuns conclut son superbe parcours en triomphant au Mur de Thuin et en confortant son maillot jaune.

  • Vainqueur: Dylan Teuns (Bel).
    Parcours: 5 étapes, 908,7 kilomètres, du 22 au 26 juillet.

Photos de la course

 

2018

Le Tour de Wallonie 2018 est lancé à La Louvière. Les premiers lauriers et le premier maillot jaune reviennent au Français Romain Cardis à Les Bons Villers. Le Belge Tim Wellens s’impose le lendemain à Namur en s’empare du leadership au classement général. Le Danois Odd Christian Eiking s’impose le 3e jour en solitaire à La Roche-en-Ardenne. La 4e étape, entre Malmedy et Herstal, sacre le Belge Quinten Hermans, vainqueur du sprint massif et nouveau maillot jaune. Le Belge Jens Debusschere s’impose au sprint massif dans la dernière étape à Waremme. Wellens, qui empoche trois secondes de bonifications dans le premier sprint intermédiaire, revient à égalité de temps avec le leader, Quinten Hermans, et s’impose au classement final au calcul des classement s des 5 étapes.

  • Vainqueur: Tim Wellens (Bel).
    Parcours: 5 étapes pour 878,7 kilomètres, du 28 juillet au 1er août.

Photos de la course. Etape 1 Etape 2Etape 3Etape 4Etape 5

 

2019

Le Roeulx est la rampe de lancement de cette édition du VOO Tour de Wallonie. Le Belge Timothy Dupont remporte, sous la pluie, le sprint massif à Dottignies où il endosse le maillot jaune. La 2e étape sacre Loïc Vliegen, autoritaire vainqueur en solitaire de la 2e étape à Beyne-Heusay: le jeune Belge endosse le maillot jaune qu’il ne quittera plus. L’Italien Davide Chimolai remporte le sprint du lendemain à Verviers, le Français Arnaud Démare s’impose la 4e étape, au sprint, à Lierneux. La dernière étape revient au Belge Tosh Van de Sande; Loïc Vliegen triomphe au classement général.

  • Vainqueur: Loïc Vliegen (Bel).
    Parcours: 5 étapes pour 920,3 kilomètres, du 27 au 31 juillet.

Photos de la course. Etape 1Etape 2Etape 3Etape 4Etape 5

 

Les années 2020

2020

Cette édition 2020 du Tour de Wallonie est très particulière. La crise sanitaire et le confinement ont plombé les calendriers sportifs. La course est néanmoins organisée en août, à huis clos, en 4 étapes courageusement. Le peloton, de très haut niveau, s’élance à Soignies. Le sprint de la 1er étape, à Templeuve, est réglé par l’Australien Caleb Ewan devant Sam Bennett et Tim Merlier; Ewan qui endosse le maillot jaune. Le Français Arnaud Démare s‘impose le lendemain au sprint à Wavre devant Ewan qui conserve le maillot jaune. Un autre sprinter, l’Irlandais Sam Bennett triomphe le 3e jour à Visé où Démare endosse le maillot jaune. La 4e et dernière étape se terminé sur les hauteurs d’Erezée où Démare s’impose dans un superbe mano à mano avec Philippe Gilbert. Le Français remporte cette édition « covid » du Tour de Wallonie.

  • Vainqueur: Arnaud Démare (Fra).
    Parcours: 4 étapes pour 748,2 kilomètres, du 16 au 19 août

Photos de la course. Etape 1Etape 2Etape 3Etape 4Les maillots distinctifs

2021