GRAND DEPART

Les découvertes de Carine Bresse (Vivacité-RTBF)

Table des matières

La Louvière, berceau du spectacle de Céline Dion

Balade au fil de l’eau, flânerie dans le centre-ville, carnaval festif avec des gilles, un passé minier … La Louvière mérite qu’on s’y attarde.

Peu de villes wallonnes peuvent s’enorgueillir de compter sur son territoire deux sites classés au Patrimoine de l’Unesco et une diva venue tout droit des Etats-Unis pour finaliser un spectacle grandiose toujours à l’affiche depuis plusieurs années à Las Vegas. Céline Dion ne resta que quelques heures en terres louvièroises à l’abri des regards avec l’équipe de Franco Dragone mais son passage fait aujourd’hui encore la fierté des habitants du coin. Autres événements qui marquèrent les esprits : les classements au Patrimoine de l’Humanité des ascenseurs à bateaux du Canal historique du Centre en 1998 et 14 années plus tard, en 2012, celui du site minier de Bois-du-Luc, témoin exceptionnel de l’ère industrielle. Tous deux rappellent un passé lié à l’Italie. L’histoire de la ville est proche de celle de Boël, une usine dans la ville. 150 d’histoire commune ! Durant plusieurs mois, Bois-du-Luc et le Musée Ianchelevici leur consacre une exposition. Les Louvièrois se souviennent aussi de Royal Boch – Kéramis, une faïencerie aujourd’hui fermée. Les pièces de services, vases, plats et autres sont toujours prisées par les collectionneurs. Le site est depuis 2015 un centre d’interprétation où le savoir-faire des faïenciers est pérennisé. Au laetare, La Louvière s’anime plus encore qu’à l’habitude. A la mi-Carême, les gilles et les réjouissances attirent la foule. Pour côtoyer le calme, il faut alors plutôt aller flâner le long des berges du Canal Historique du Centre ou sur l’un des bateaux avec lequel on emprunte les ascenseurs hydrauliques, eux aussi classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Le plus grand musée de Belgique

La Louvière est une ville riche de culture et de patrimoine. Huit institutions muséales implantées dans la Région du Centre s’impliquent dans une démarche unique pour créer de nouvelles dynamiques. Le « Pôle des Arts en Région du Centre (P.A.R.C.) » a été inauguré à la fin juin 2018. Ces musées rassemblent quelque 150.000 items d’une grande diversité historique et thématique, plus de 120.000 ouvrages dont une réserve précieuse de plus de 25.000 livres. 5 musées se situent à La Louvière, les trois autres à Binche, Morlanwelz et Seneffe. Cette proximité fait du P.A.R.C. le plus grand musée de Belgique.

Les 8 musées: le Centre Daily-Bul & Co, le Centre de la Gravure et de l’Image imprimée, Domaine du Château de Seneffe-Musée de l’Orfèvrerie, Keramis-Centre de la Céramique, le MiLL, le Musée de la Mine et du Développement Durable sur le site minier du Bois-du-Luc, le Musée International du Carnaval et du Masque de Binche et le Musée Royal de Mariemont.

La Louvière, vous y reviendrez! (Vidéo)

 

Au cœur du Parc des Canaux et des Châteaux

La Louvière se situe au cœur du Parc des Canaux et Châteaux. Ce Parc est composé de 10 autres communes: Binche, Braine-le-Comte, Chapelle-lez-Herlaimont, Ecaussinnes, Estinnes, Le Rœulx, Manage, Morlanwelz, Seneffe et Soignies. Il représente un territoire situé entre les bassins charbonniers du Borinage et de Charleroi, ce qui a donné à la région louviéroise l’appellation « Région du Centre ». Cette région est sillonnée par de nombreux canaux et voies d’eau. Elle est riche d’un énorme patrimoine d’archéologie industrielle, d’ouvrages d’art, de folklore, de demeures historiques, de châteaux de diverses époques, de parcs, d’espace verts… La Région du Centre se décline en plusieurs pôles artistiques et culturels répartis sur un rayon d’une quinzaine de kilomètres: le Centre de la Gravure et de l’Image imprimée, le Musée Ianchelevici, les ascenseurs hydrauliques sur la Canal du Centre historique, l’ascenseur funiculaire de Strépy-Thieu, le Plan Incliné de Ronquières, le site minier du Bois-du-Luc, les Châteaux de Seneffe, d’Ecaussinnes et de Louvignies, le Musée royal de Mariemont et son parc, le Centre de délassement de Claire-Fontaine, la Collégiale Saint-Vincent, l’Abbaye de Bonne-Espérance

 

Bois-du-Luc, Patrimoine de l’Unesco

Des maisons ouvrières, un kiosque, une église, des charbonnages, des ateliers de surface, des écoles, l’hospice et l’hôpital (seul le lavoir n’existe plus). Près de La Louvière, Bois-du-Luc, patrimoine mondial de l’Unesco, est un haut lieu de l’histoire pour la région. On ne lui connaît d’égal en Europe !

En 2012, Bois-du-Luc, le Grand-Hornu, le Bois du Cazier et Blégny-Mine sont inscrits au patrimoine mondial de l’Humanité. Les Hauts dignitaires de l’Unesco ont scellé leur décision à Saint-Pétersbourg. Le bassin houiller wallon est l’un des plus anciens d’Europe. Il y a 70 ans, les Italiens débarquaient dans le charbonnage, l’un des plus importants de Wallonie au 20e.  Près de 3000 ouvriers y battaient la roche sous terre pour extraire le charbon. L’exploitation industrielle du charbon sur le site commence en 1685, quatre siècles après l’extraction artisanale de houille par les moines de l’Abbaye de Bonne-Espérance. Dans la cité près de la mine, les ouvriers et leur famille logeaient dans de petites maisons de rangées. Pour garder les troupes au travail et limiter le repos à un jour par semaine, les patrons avaient aussi fait construire un kiosque pour les loisirs et des petites boutiques pour les courses. ans les ateliers, l’odeur tenace de la graisse rappelle que dans les années 70, les machines étaient encore en fonction. Tout est encore en place, comme si le travail s’était momentanément arrêté. Seul, le bruit manque au décor ! Les ateliers de surface permettaient au charbonnage de fonctionner en presque totale autarcie; les sous-traitants étaient peu nombreux.

Dans l’écomusée et le quartier avoisinant, vous comprendrez le périlleux quotidien des familles qui travaillaient à la mine. Le site minier a été préservé dans son intégralité. La visite du musée débute par le bureau du patron, une pièce austère qui révèle la puissance paternaliste. De son quartier général, de par un jeu de miroir, le directeur gérait …. ! De l’autre côté de la maison du gérant la fosse St Emmanuel laisse entrevoir les différentes étapes de la journée type d’un ouvrier de charbonnage, l’histoire du site, de la lampisterie, une machine d’extraction, un ventilateur pour renouveler l’air dans la mine ainsi qu’une salle dédiée au travail des femmes et des enfants ! Dans un autre bâtiment qui autrefois servait de vestiaire, une rue commerçante du 20e siècle a été reconstituée. 1h30. Les visites guidées se font parfois en wallon borain.

 

101 ans d’histoire au fil de l’eau

Canal du Centre historique et ascenseur hydraulique

Il y a 101 ans, l’ingéniosité et le labeur de l’homme offraient à la région une prouesse technique unique au monde. Entre La Louvière et Thieu, le Canal Historique du Centre et ses ascenseurs hydrauliques ont été construits pour racheter une dénivellation de terrain et offrir une voie fluviale plus rapide aux péniches pour l’acheminement des marchandises. Il y a un siècle, la navigation fluviale se développait grâce à l’industrie. Le canal allait notamment permettre l’acheminement de marchandises pour les usines et l’exportation de notre charbon.

 

 

Canal du Centre à grand gabarit et ascenseur géant de Strépy-Thieu

Avec le développement des activités industrielles de la région, principalement liées à la houille, s’est naturellement posé le problème du transport des marchandises. Le rachat d’une importante dénivellation de terrain a justifié sa construction. Quatre ascenseurs hydrauliques plutôt qu’une vingtaine d’écluses pour acheminer plus vite les cargaisons par voie fluviale. Autrefois, les bateaux pesaient de 350 tonnes, aujourd’hui, plus de 1.350 tonnes. Le « petit canal » devenait impraticable. Un nouveau canal a vu le jour avec un ascenseur funiculaire plus performant que quatre ascenseurs hydrauliques et deux écluses. La gestion des infrastructures du canal et de l’accueil offrent encore un peu d’emploi aux riverains mais nettement moins que lorsqu’il a quelques décennies lorsque les ascenseurs étaient encore pleinement en fonction. Les riverains le crient haut et fort : « le canal historique vit toujours ». Aujourd’hui dépassé par la modernité de la navigation, la voie d’eau inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1998, fait le bonheur des touristes et randonneurs.

Piloter un bateau sur le Canal du Centre

Canal du Centre historique

Pas besoin d’aller loin pour piloter un bateau, pas besoin d’être propriétaire d’une embarcation ni détenteur d’un permis quelconque pour flâner sur l’eau.… Depuis un an, on loue des bateaux électriques sur la canal historique! Location et embarquement à Houdeng-Goegnies près de La Louvière, à la Cantine des Italiens! Avant d’embarquer, vous recevrez un court briefing reprenant les principales instructions et vous enfilerez un élégant gilet de sauvetage que vous porterez impérativement à bord!

 

La Cantine des Italiens, un air de ginguette au bord de l’eau

A Houdeng-Goegnies, le long du canal historique, près de La Louvière, il est lieu hors du temps où l’on se sent loin de tout. Un petit air du canal du midi avec une ginguette au bord … Les historiens parleront d’un musée, un haut lieu de l’histoire minière de la région, les visiteurs d’une escale de charme pour une pause désaltérante ou gourmande. Les parents se sustentent, les enfants s’amusent, les amoureux se baladent et les sportifs marchent, courent ou pédalent le long des chemins de halage. L’endroit est unique et historique. C’est là que les mineurs logeaient autrefois. Les mineurs étaient hébergés dans les baraquements construits en 1945, la cantine était leur réfectoire. Un petit musée retrace l’histoire des lieux et de l’émigration italienne en général.